Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Question : Dans votre fatwa datée au 20 / 05 / 1408 qui porte le numéro ( 11043 )1 [il est dit] : « de par tout ça, on peut savoir qu'il n'est pas autorisé au groupe de monothéistes, ceux qui croient en la mécréance des adorateurs de tombes, de qualifier de mécréants leurs frères monothéistes, ceux qui se sont retenus de les qualifier de mécréants, tant que la preuve ne leur a pas été exposée. En effet, ils se sont retenus de les qualifier de mécréants, car ils ont une ambiguïté, qui consiste à croire qu'il faut nécessairement exposer la preuve à ces adorateurs de tombes avant de les qualifier de mécréants, contrairement à ceux dont la mécréance ne contient pas d’ambiguïtés, comme les juifs... »

-Certains d'entre nous ont compris que la preuve devait être exposée aux frères monothéistes parce qu'ils sont tombés dans une ambiguïté qui est de ne pas rendre rendre mécréant ( takfîr ) les adorateurs de tombes, pensant qu'il faut exposer la preuve aux adorateurs de tombes avant de les juger mécréants.

-D'autres ont compris que le sens est que la preuve doit être exposée sur eux, c'est à dire : elle doit être exposée sur les adorateurs de tombes, et ça ne signifie pas que la preuve doit être exposée sur le groupe de monothéistes, ceux qui les excusent par l'ignorance.

Ce qui est souhaité – ô votre éminence Sheikh Abd Al Aziz – et je te [demande] par Allah, Celui qui n'a point d'associés, de nous éclaircir ce point : Est-ce que la preuve doit être exposée sur les adorateurs de tombes ou bien sur les monothéistes qui excusent les adorateurs de tombes ?

La réponse : « Ce qui était voulu est que ceux qui se sont retenus de rendre mécréants les adorateurs de tombes, il ne faut pas les rendre mécréants tant que la preuve n'a pas été exposée à ceux qui ont continué à adorer les morts et à faire al istighâtha de par les morts, car ceux qui se sont retenus de les rendre mécréants ont une ambiguïté. Ce qui est voulu est que le monothéiste croyant, celui qui s'est retenu de rendre mécréants certains adorateurs de tombes, il ne faut pas dire de lui qu'il est mécréant parce qu'il ne rend pas mécréant le mécréant, mais il faut se retenir de le rendre mécréant tant qu'on ne lui a pas expliqué et tant que son ambiguïté n'est pas partie. En effet, ceux qui adorent les tombes et font al istighâtha de par les morts sont koffârs, car ceux qui ont adoré les tombes sont [comme] les gens de la jâhiliyya du temps du prophète, et avant lui ils étaient [aussi] koffârs. Excepté ceux qui étaient « ahl al fatra », qui sont ceux à qui la preuve n'est pas parvenue. Leur cas revient à Allah -subhânahou wa ta'âlâ -. Quant à ceux à qui la preuve est parvenue, eux sont koffârs, même s'ils n'ont pas compris, ni saisi que ce qu'ils commettent est mécréance. Si le monothéiste qui a compris la religion et a compris la vérité, se retient de rendre mécréants certains de ceux qui adorent les tombes, il ne faut pas le rendre mécréant tant qu'on ne lui a pas exposé la preuve et que son ambiguïté, celle à cause de laquelle il s'est retenu, disparaisse. Ce qui est voulu est qu'il ne faut pas rendre mécréant le monothéiste qui s'est retenu de rendre mécréant les adorateurs d'idoles, tant que la preuve ne lui a pas été exposée, et jusqu'à que les causes de leur mécréance lui soient évidentes et claires. C'est ça qui est voulu ( ! ), car il se peut qu'il se retienne [de les rendre mécréants] pensant qu'ils ne sont pas koffars. Si cela lui est exposé et lui est éclairci, il devient alors comme ceux qui ne rendent pas mécréants les juifs et les chrétiens, et celui qui dit que les juifs et les chrétiens ne sont pas mécréants, alors qu'il connaît les preuves de la shari'a, on lui expose afin qu'il sache qu'ils sont koffârs. Après ça, s'il doute de leur mécréance, il devient mécréant, car celui qui doute de la mécréance d'un mécréant dont la mécréance est claire, est un mécréant. Les juifs et les chrétiens font partie des mécréants dont la mécréance et l'égarement sont connus, et les gens du « commun » et pas du « commun », le savent. C'est ainsi pour les communistes, ceux qui renient et dénigrent l'existence d'Allah ; leur mécréance est plus grande et plus claire que la mécréance des juifs et des chrétiens. La règle générale à ce sujet est que : celui qui se retient de rendre mécréant certaines personnes, il ne faut pas s'empresser de le rendre mécréant, avant de lui avoir éclairci le sujet et tant que son ambiguïté, celle à cause de laquelle il s'est retenu de rendre mécréants les mécréants, n'a pas disparue. Allah Al Musta'âne. »2

1 Il s'agit d'une fatwa que l'imam Ibn Baz a émise avec le comité permanent de la fatwa. Je l'ai citée dans le premier numéro de cette série, qui est « le comité de la fatwa et sa permanence sur l'excuse de l ignorance » S'y référer ( p.13 ).

2Cf. site officiel de l'imam Ibn Baz : ( http://www.binbaz.org.sa/mat/18115 )

Tag(s) : #Ibn Baz

Partager cet article

Repost 0